23.08.2014

Devoir de mémoire : les Maquisards conquois honorés

CONQUE-08NEL14.JPG

C’est sous un ciel bleu, baigné par le soleil que les cérémonies commémoratives du 8 août 1944 se sont déroulées. Anniversaire particulier, puisque cela fait 70 ans que 47 jeunes hommes ont été tués, donnant leur jeunesse et leur vie à la Nation reconnaissante. Parmi eux, 13 jeunes conquois seront exécutés à l’emplacement même du mémorial de Trassanel. Tous faisaient partie du groupe Armagnac, du nom de son chef Antoine Armagnac, qui blessé mortellement décèdera dans une cabane non loin de la grotte où le groupe reprenait des forces. La délégation conquoise avec à sa tête le maire Jean-François Juste et deux de ses adjoints, Paulette Clary et Jean-François Saury, comprenait également de nombreux conquois, descendants des Maquisards tués ou ayant vécu enfant cet épisode douloureux. Après la stèle de la Grave, le cimetière de Trassanel et le mémorial, la délégation est allée déposer une gerbe au monument aux Morts érigé à la mémoire des 13 Maquisards exécutés pour la plupart  ce 8 août 1944 par les nazis. L’émotion est encore très forte dans la population lorsque les souvenirs de ces évènements tragiques resurgissent du passé. « Ne pas oublier, c’est aussi faire un pas vers la Paix. Le devoir de mémoire doit être transmis aux générations futures pour que pareille situation ne se reproduise » souligne André Belaud. La matinée s’est terminée autour d’une bonne table au restaurant l’Epicurien de Conques.

22.08.2014

Jean Privas : l’ermite de Notre-Dame de la Gardie

CONQUE-08NDG14.JPGA la fin du Moyen Âge, le côté matériel de la chapelle était assuré par des marguilliers (personnes ayant en charge de recevoir les aumônes, qui servaient d'aide au sacristain, nommaient et révoquaient les chantres, les bedeaux, …). La garde et l'entretien étaient confiés à des ermites. Mais qui étaient les ermites ? Des croyants décidés à quitter le monde pour vivre en solitaire dans des lieux isolés et se consacrer à l'ascèse et à la prière. C'est à partir du XIXe siècle que les ermites se rapprochent des lieux de culte. Gardiens de chapelles, ils bénéficient de logements modestes, font pénitence et refusent le confort. Peu de traces de ces ermites qui se sont succédé entre le XIVe et XIXe siècle. Le plus célèbre, Jean Privas, a été l'un d'eux. Né à Montauban, il a consacré 50 ans de sa vie à la chapelle de Notre-Dame de La Gardie. Il résidait à côté de la chapelle dans deux pièces dont l'une a servi plus tard pour la vente de médailles et cartes postales. L'ermite avait également à sa disposition un jardin qui existe encore de nos jours, entouré d'un mur de pierre de plus de 3 m, avec un puits creusé dans le roc. Jean Privas est décédé en décembre 1708 et inhumé l'année suivante à Notre-Dame de la Gardie à l'entrée de la porte de la chapelle, dans une sépulture qu'il avait faite lui-même avec la permission de l'évêque. Vous pouvez retrouver en détail toute l'histoire de la chapelle de Notre-Dame de La Gardie dans l'excellent ouvrage d'André Guilhem. Il est en vente au salon de coiffure Gourbeille, à Conques.

21.08.2014

L’Orbiel : le moteur des moulins à roues

CONQUE-08MOU14.JPG

La vallée de l’Orbiel est aujourd’hui mieux connue par des épisodes de pollution liés à une activité mino-métallurgique fortes au cours des dernières décennies. Mais les eaux de l’Orbiel, malgré leur caractère torrentiel parfois violent, ont permis de faire tourner nombre de moulins, notamment entre le Mas-Cabardès et Conques sur Orbiel. Les barrages installés alimentent des usines, d’autres servent à l’irrigation : un martinet au Martys, 17 usines liées au textile, 20 moulins à blé et à huile, un moulin à plâtre et une cartonnerie selon une enquête de 1845. La Vernède, Vic, Mercier, Pré du Roi, des noms qui aujourd’hui indiquent un lieu-dit au riche passé industriel. La vallée de l’Orbiel a été mondialement célèbre pour la qualité de ses draps de billards en particulier. Le guide touristique de l’époque, indique que l’Orbiel arrose l’une des plus riantes et des plus productives vallées du département avec des fabriques de draps, filatures de laine, moulins à foulons et à farine, ainsi que le commerce de bestiaux. La manufacture royale des Saptes, cessera toute activité à la fin du règne de Louis XV. L’association « Patrimoines, vallées des Cabardès » souhaite retrouver les traces de ces diverses installations, et recherche l’histoire de ces moulins, même si aujourd’hui les choses ne sont pas faciles avec des transformations importantes des lieux. Les personnes qui possèdent des informations peuvent les communiquer afin de compléter l’histoire des lieux et des hommes de ce territoire.

20.08.2014

Fête locale : des animations et de la musique pour tous

CONQUE-08BRA14.JPG

Le programme de l’édition 2014 sera éclectique avec les animations et de la musique pour tous. Jeudi 21 : 17h30 concours de belote au complexe Félix Roquefort. Inscriptions 10 €, prix 50 € + mises. A 22h soirée dansante avec DJ Cristof. Grillades et buvette sur place. Vendredi 22 : 13h concours de pétanque au complexe Félix Roquefort en doublettes. Inscriptions 10 €, prix 100 € + mises. A 18h bar à vin animée par la troupe brésilienne ‘Meu Brazil’. Grillades et buvette sur place. A 22h, soirée dansante avec le groupe Lithium. Samedi 23 : 13h concours de pétanque au complexe Félix Roquefort en triplettes. Inscriptions 10 €, prix 100 € + mises. A 18h30, Animation avec la bandas Les Balladins suivie par un apéritif musical avec tapas, assiettes composées et grillades. La soirée dansante à partir de 22h sera assurée par l’orchestre Best Of. Dimanche 24 : traditionnel repas champêtre à partir de12h30 avec au menu : apéritif, salade composée, jambon à la broche, patate à la cendre, fromage, pâtisserie, vin, blanquette et café compris. Réservation chez Proxi ou au tabac/journaux avant le jeudi 21 août. Adultes 15 € et enfant de moins de 10 ans 7 €. Ne pas oublier d’amener ses couverts. En parallèle à ces festivités l’US Conques (lundi 18) et l’Entente Conques Villemoustaussou XV (vendredi 22 en Espoirs US Carcassonne face au Stade Toulousain entraîné par Emile Ntamack) proposeront des rencontres au Stadium.

19.08.2014

La gendarmerie impériale s’installe en 1870 à la ‘Fleur de Lys’

CONQUE-08TOR14.jpg

Comme l’atteste le procès-verbal d’installation, Conques accueille la brigade à cheval de la gendarmerie dans le casernement affecté à sa mission, à savoir, la maison située au lieudit ‘la fleurs de Lys, appartenant à Mr Didier Lucet. Le document comporte les tampons des deux administrations : celle de Conques avec l’effigie de l’aigle royal surmonté d’une couronne, de même que celui du capitaine de la gendarmerie impériale. Les signataires sont le maire de l’époque Adrien Casaneuve et le capitaine Edmond Gérodias pour la gendarmerie impériale. La gendarmerie restera dans cette enceinte avant d’intégrer les locaux actuels, situés au pied du quartier Saint-Laurent. Courant 2012, le nouveau casernement flambant neuf a été livré à la communauté de brigade, route de Villalier, juste derrière le centre médical. « Ce projet est un acte politique fort, délivré par le conseil municipal qui a souhaité conserver le casernement sur la commune. L’Etat, l’emprunt, la récupération des anciens locaux assurent le financement de ce projet. Les loyers assureront le remboursement des mensualités de l’emprunt. Cela constitue un investissement qui va augmenter et valoriser le patrimoine immobilier communal. Le casernement comprend des pavillons, des bureaux et dépendances » souligne le maire Jean-François Juste.