10.05.2014

Commémoration de la fin des combats en Indochine

indochine soixantième anniversaire fin 004.JPG

Dans le cadre du 60ème anniversaire de la fin des guerres de la France en Indochine et de la bataille de Dien Bien Phu, les manifestations organisées pour rappeler la mémoire des combats sont concentrées sur une "semaine mémorielle" allant du 26 avril au 4 mai 2014. Aussi, la cérémonie liée à la Journée nationale d'hommage aux "morts pour la France" en Indochine, inscrite au calendrier commémoratif chaque année le 8 juin a été exceptionnellement décalée au mardi 29 avril. La guerre d’Indochine est un conflit armé qui se déroula de 1946 à 1954 en Indochine française. Il aboutit à la dissolution de cette fédération, ainsi qu’à la sortie de l’Empire colonial français des pays la composant et à la division en deux États rivaux du territoire vietnamien. Ce conflit a fait plus de 500 000 de victimes. En août 1945, le Viêt Minh, mouvement indépendantiste viêtnamien d'obédience communiste, profite de la prise de contrôle de l'Indochine par les Japonais dans le contexte de la Guerre du Pacifique pour prendre le pouvoir de la colonie française. Le conflit peut être divisé en deux phases historiques. La première, entre 1946 et 1949, voit le Viêt Minh appliquer une guérilla meurtrière. Le déclenchement de la Guerre de Corée en 1950, l'avènement d'une Chine communiste en 1949 assure une aide logistique importante au Viêt Minh. La seconde phase, s'étend de 1949 jusqu'à la fin des combats, en 1954. Malgré l'intervention indirecte américaine, les forces françaises, exténuées par la résistance adverse et plusieurs années de combats de plus en plus impopulaires en métropole, devront renoncer, surtout après la lourde défaite de Dien Bien Phu de mai 1954. Les Accords de Genève, signés en juillet 1954, consacrent le départ des Français de l'Indochine et la division du Viêt Nam en deux États indépendants et distincts : la République démocratique du Viêt Nam au nord, pro-communiste, et l'État du Viêt Nam au sud, installé par la France. Ce dernier va être remplacé, après un Coup d'État en 1955, par la République du Viêt Nam, alliée des États-Unis. Considérée comme la Première Guerre d'Indochine, la guerre entre Français et Viêt Minh, outre un lourd bilan humain et matériel, aura d'importantes conséquences dans l'avenir du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge. Le départ des Français laissera en effet Américains et Nord-vietnamiens, soutenus par la Chine et l'URSS, face à face. Très tôt allait éclater la Seconde Guerre d'Indochine (soit la Guerre du Viêt Nam), qui débouchera, en 1975, sur la victoire complète du Nord-Viêt Nam et du communisme dans cette partie de l'Asie, avec l'absorption par le Nord-Viêt Nam de la République du Viêt Nam.

 

Les commentaires sont fermés.