03.10.2013

Où sont passées les vendanges d’antan ?

CONQUE-09VEN13.jpg

La période des vendanges était une période d’allers et venues incessants des tracteurs, camions ou bennes. La cueillette au sécateur, le transport à dos d’homme avec le ‘gorp’, puis la mise du raisin dans les comportes s’est peu à peu effacée au profit d’une mécanisation généralisée. Finie  la «moussaigne», la tête de file des coupeuses ou des jeunes ados. Les hommes déversaient les hottes, paniers ou seaux dans les comportes sur les charrettes tirées par les chevaux. Les grappes récoltées étaient écrasées par un fouloir mécanique à manivelle placé sur une comporte en bordure de vigne, avant la mise en cuve. Le pesage du moût au mustimètre était la dernière étape pour étalonner le degré d’alcool. Petites ou grandes colles, le travail s’effectuait dans la bonne humeur, notamment à l’heure du casse-croûte. Une grappe de raisin, un bon morceau de cantal vieux et un ‘gendarme’ faisait le bonheur des anciens.  Le soir, malgré la fatigue, on festoyait autour d’une table avec quelques bonnes histoires. Les Espagnols, par familles entières, formaient le gros de la main d’œuvre. Le matin et le soir, les rues du village connaissaient une animation particulière au départ ou retour des vignes. Chaque colle s’invectivait amicalement, se donnant rendez-vous après la douche pour trinquer au café ou devant les maisons. Aujourd’hui, c’est le silence le plus complet. Les bennes sur camions ont remplacé tracteurs et remorques bruyantes et les machines ont remplacées les colles.

Les commentaires sont fermés.