01.10.2013

Jean-Baptiste Bonato, doyen du quartier Barbès s’en est allé

CONQUE-09BON13.JPGLa disparition subite de Jean-Baptiste Bonato a ébranlé les résidents du quartier Barbès. Né à Conco en Italie le 15 octobre 1926, Jean-Baptiste va rejoindre Conques en janvier 1948 et retrouver Nella et Bartolo Corradin son oncle. Comme tous les immigrés de l’époque, il s’intègre rapidement, occupe divers emplois dans le village et enfin, sera embauché à l’usine de Salsigne jusqu’à sa retraite en 1982. Italien, beau garçon, c’est tout naturellement qu’il apprivoise Paule Chiffre, qui deviendra son épouse le 13 septembre 1951. C’est en patriarche attentif, qu’il veillera sur ses six enfants, sept petits-enfants et quatre arrières petits-enfants. Travailleur, Jean-Baptiste s’occupera, parallèlement à sa vie professionnelle, des vignes de ses beaux-parents, ainsi que les siennes achetées au fil des ans. En retraite, le gaillard travaillera sans relâche ses jardins de la Vernède et de Rousset, sans oublier la basse-cour, à laquelle il tenait tant. Jusqu’aux derniers instants, il a veillé sur sa famille, en essayant d’inculquer aux jeunes générations quelques principes fondamentaux qu’il a toujours appliqué et défendu. Travailleur, protecteur, dévoué, Jean-Baptiste Bonato aura vécu une vie pleine aux côtés de Paulette son épouse et sa grande famille. Il s’en est allé dans la discrétion et la dignité, un peu à l’image de sa vie. Nous adressons nos condoléances à son épouse Paulette, ses enfants et toute la famille. « Addio Gio Batta … Riposa in pace ».

Les commentaires sont fermés.