18.01.2012

Regards croisés sur les communes en 1871

CONQUE-01EXP12.JPG

L'association Patrimoines Vallées des Cabardès avait donné rendez-vous aux archives départementales pour un parcours initiatique entre panneaux et objets rares au travers de cet épisode plus ou moins connu des communes de Paris et de Narbonne en 1871. C'est Jean Blanc, avec sa richesse et son savoir qui a guidé une cinquantaine de personnes autour de cette exposition. « Dire que le conférencier a été remarquable, cela n'apprendrait rien à personne. Nous connaissions déjà son savoir, sa clarté, ses clins d'œil pour ne pas en être étonnés. Il fallait passer de Napoléon III à la guerre avec la Prusse, de la chute de l'empire à l'instauration de la république pour préciser le sens de cet évènement » souligne une participante. Au fil de cette évocation  historique, celle de Paris : l'affrontement entre les Versaillais et les Fédérés, ces deux mois d'hiver terribles, la chute des insurgés et le drame du mur des Fédérés. Egalement celle de Narbonne fut courte : quelques jours, et moins réprimée que celle de Paris. Des condamnations à mort qui furent commuées. Et si Paris a eu Louise Michel et Blanqui, Narbonne eut Digeon et Marcou. Enfin, une caricature finale rattachant 1871 à 1907: Clemenceau menaçant Ferroul emprisonné. Tout est lié dans la vie des hommes ! Une exposition commentée qui a ravi les participants.

Les commentaires sont fermés.